Vivre seul augmente le risque de chômage

Le taux d’emploi pour les couples avec enfant(s) est de 81
%, tandis qu’il est de 66
% pour un chef de ménage monoparental. © D.R.
Le taux d’emploi pour les couples avec enfant(s) est de 81 %, tandis qu’il est de 66 % pour un chef de ménage monoparental. © D.R.

Une jeune maman bruxelloise vivant seule est-elle davantage exposée au risque du chômage qu’un homme flamand âgé entre 25 et 49 ans et vivant en couple avec enfant(s) ? La réponse semble être positive, si l’on en croit les statistiques croisées par Philippe Defeyt, économiste et fondateur de l’Institut pour un Développement Durable (IDD). Les écarts sont impressionnants. Au sein de cette première catégorie, le taux d’emploi est de 18,1 % (pour 94,4 % au sein de la seconde), tandis que le taux de chômage y est de 70,5 % (pour 3,1 % au sein de la seconde).

Dans les analyses économiques, « on ne s’intéresse pas suffisamment à la dimension du ménage dans lequel la personne vit, constate le chercheur namurois. Or cela joue. Quand on surajoute cette dimension aux autres critères que sont l’âge, le genre ou la région de résidence, les écarts deviennent importants. Cette dimension devrait être plus présente dans la prise en compte des réalités vécues par les gens. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct