Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.
Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti. - REUTERS.

Le marathon est lancé. Après 77 jours de procédure, l’impeachment de Donald Trump devrait faire l’objet d’un vote en séance plénière la semaine prochaine à la Chambre des représentants. Cette procédure de destitution parlementaire prendrait alors un tour judiciaire, le Sénat héritant du dossier et se muant pour l’occasion en tribunal habilité à évincer l’actuel président du pouvoir. A condition de rassembler 67 votes sur 100. C’est un vœu pieux : les démocrates ne disposent que de 47 sièges (en comptant deux indépendants, dont Bernie Sanders), contre 53 aux républicains, qui font bloc derrière Donald Trump et ont juré, par la voix de leur speaker Mitch McConnell, d’acquitter celui-ci. Cette troisième destitution dans l’histoire de l’Amérique suivrait alors le même chemin que celui imposé à Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, tous deux acquittés au final.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct