Le viager wallon est déjà mort

Dans le film «
Le Viager
» de Pierre Tchernia, une opération immobilière prometteuse tourne à la pantalonnade.
Dans le film « Le Viager » de Pierre Tchernia, une opération immobilière prometteuse tourne à la pantalonnade.

Michel Serrault au cinéma et Jeanne Calment dans la vraie vie ont donné ses lettres de noblesse au viager. Ce mode de vente d’un bien immobilier fleure bon la France profonde. Rappelons-en le principe essentiel : dans la plupart des cas, le vendeur continue à occuper le bien qu’il a cédé à l’acquéreur ; celui-ci lui verse d’emblée un « bouquet », puis une rente mensuelle jusqu’au décès de l’occupant. À cette date, il prend possession de l’immeuble.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct