Trolls, mensonges, fake news: l’électeur britannique sous le déluge d’une campagne «trash»

Boris Johnson à l’heure du laitier pour un ultime porte-à-porte intensif dans les dernières heures d’une campagne qui aura surtout été marquée par les outrances et les mensonges des uns et des autres.
Boris Johnson à l’heure du laitier pour un ultime porte-à-porte intensif dans les dernières heures d’une campagne qui aura surtout été marquée par les outrances et les mensonges des uns et des autres. - Reuters.

Pauvres électeurs britanniques », écrit Mary Fitzgerald, rédactrice en chef de l’ONG OpenDemocracy dans une opinion publiée mardi par le New York Times. « Ils subissent un déluge de distorsions, de dissimulation et désinformation sans précédent dans l’histoire du pays. Longtemps idéalisée comme le berceau du fair-play, la Grande-Bretagne est désormais l’hôte du virus du mensonge, de la tromperie et de la fraude numérique qui afflige de nombreux autres pays à travers le monde ». A commencer par celui de Donald Trump.

Encore traumatisé par le scandale Cambridge Analytica, et le vol de données privées à des fins de manipulation de l’opinion avant le Brexit, le pays clôture une « des campagnes les plus sales jamais enregistrées » confirme pour sa part Richard Sambrook, directeur du Centre for Journalism à l’Université de Cardiff.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct