Le grand spectacle de Warlikowski

Le grand spectacle de Warlikowski
© Bernd Uhlig

critique

Un décor monumental, fait de dorures et de moulures (mais pas de paillettes). Des hommes ayant un goût prononcé pour l’alcool. Des femmes se muant en poupées ou explosant de désir. Des vidéos énigmatiques et contemplatives qui vont et viennent sur des écrans mouvants. En mettant en scène Les Contes d’Hoffmann de Jacques Offenbach, Krzysztof Warlikowski ne fait pas dans la mesure (ni dans la surprise). Regroupant tous les éléments qui lui sont chers ou presque, le spectacle de fin d’année de La Monnaie fait le pari de jouer sur l’exubérance et de surfer sur la vague du cinéma hollywoodien pour évoquer les souvenirs amoureux multiples de cet homme torturé qu’est Hoffmann.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct