Les marchés du carbone empoisonnent la COP25 Madrid

Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne.
Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne. - EPA

Dire que le résultat du Conseil européen de Bruxelles était attendu avec impatience dans les couloirs du sommet mondial sur le climat de Madrid (la COP25) est forcer le trait. Mais les positions que l’Union européenne s’apprête à prendre sur son avenir à long (2050) et moyen (2030) terme sur le dossier du climat sont de nature à influencer la « diplomatie climatique » très sensible aux aléas des grandes puissances.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct