L’Algérie a un président mais la population le récuse

Abdelmajid Tebboune, mal élu et sans beaucoup de marge de manœuvre.
Abdelmajid Tebboune, mal élu et sans beaucoup de marge de manœuvre. - AFP

Abdelmajid Tebboune n’aura même pas eu le plaisir de fêter son « élection » à la présidence de la république algérienne après le scrutin de ce jeudi : dès l’annonce de son « succès » ce vendredi 13 décembre, la population est descendue en masse dans les rues de nombreuses grandes villes, pour hurler son hostilité à cette « mascarade ». Un 43e vendredi de protestation, au parfum d’élections cette fois, pour les Algériens plus que jamais remontés contre le régime. Et ambiance morose, donc, pour le tout nouveau « rais » accusé par la majorité des Algériens d’être l’homme désigné par l’armée, détentrice réelle du pouvoir et qui, du reste, ne s’en cache même plus.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct