L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux
Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux - Pierre-Yves Thienpont

Jusqu’ici, Me Alain Berenboom, avocat d’Albert II, se montrait très discret sur les arguments avancés pour défendre son royal client devant la justice. Pour la première fois, il accepte de nous répondre à ce sujet, réfutant point par point les éléments évoqués ci-contre pour expliquer l’attitude de l’ex-Roi dans cette « affaire Boël ».

Concernant un potentiel aveu de paternité : « Il n’existe pas le moindre témoignage attestant qu’Albert affirmait que Delphine était sa fille, nous assure-t-il. Aucun élément ne permet de penser qu’il ait confié à quelqu’un qu’elle était sa fille. Une seule lettre a été produite dans laquelle Albert demande “comment va notre petite ?”, ce qui n’est qu’une expression, pour parler de la fille de sa copine. Ce n’est pas un aveu de paternité. »

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct