Le roi, l’enfant et la justice

Le roi, l’enfant et la justice
Belga

A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test ADN, déchoir de sa paternité le père légal, et peut-être, in fine, pousser ce monarque à la retraite à reconnaître sa fille ? Certains en doutaient ouvertement. Craignant une justice pour les riches ou le conservatisme de l’institution.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Éditos