Crise fédérale: la FEB plaide pour un gouvernement intérimaire

Pieter Timmermans
: «
Je n’imagine pas qu’il ne soit pas possible de trouver une majorité au Parlement pour répondre à ces quatre défis essentiels
».
Pieter Timmermans : « Je n’imagine pas qu’il ne soit pas possible de trouver une majorité au Parlement pour répondre à ces quatre défis essentiels ». - HATIM KAGHAT

Arc-en-ciel, bourguignonne… La FEB en a assez de ce débat sans fin sur les couleurs des coalitions. « Cette approche ne mène qu’à des blocages », estime son administrateur-délégué Pieter Timmermans. A l’occasion de la présentation de prévisions conjoncturelles particulièrement pessimistes, le patron de la FEB a plaidé pour la création « d’une coalition des bonnes volontés », avec un programme, une durée de vie et une équipe limités qui pourrait voir le jour rapidement afin de relever les grands défis auxquels est confronté le pays. Ce gouvernement intérimaire devrait selon lui se focaliser sur quatre grandes thématiques pour lesquelles « il y a une urgence et qui ont été au cœur de la campagne électorale » : les pensions, l’emploi, le climat et l’énergie ainsi que la mobilité.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct