Retour de flamme pour la bûche de Noël

En version chocolatée, fruitée ou glacée, la bûche de Noël s’est allégée avec les années.
En version chocolatée, fruitée ou glacée, la bûche de Noël s’est allégée avec les années. - Pierre-Yves Thienpont

Pas besoin d’être titulaire d’un doctorat en linguistique pour saisir l’étymologie de la bûche de Noël : elle ne se réfère pas au blocus qui précède la session d’examens de janvier, mais bien à l’âtre. La tradition voulait qu’on apportât au solstice d’hiver une grosse bûche pour la faire se consumer le plus lentement possible, jusqu’au petit matin au moins ou au Nouvel An idéalement. Arrosée de sel pour éloigner les esprits malins ou de vin pour s’assurer une bonne vendange, la bûche enrubannée était bénie par le chef de famille et ses cendres conservées pour fertiliser la terre.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct