«Vous avez de ces mots»: À {qui} mieux mieux

«Vous avez de ces mots»: À {qui} mieux mieux

Après les sympathiques bagatelles de la Saint-Nicolas, puis un billet qui sentait le sapin, ne serait-il pas temps que cette chronique revienne à l’essentiel ? Avec un roboratif sujet grammatical, sur lequel il n’y aurait pas lieu de trop chipoter ? Nous sommes de fidèles lecteurs qui évitent de se prendre la tête avec les subtilités de la langue française. Merci de nous entendre !

Je vous entends, fidèles lecteurs, et je vous prends au mot. Êtes-vous de ceux qui évitent de se prendre la tête ou de ceux qui évitez de vous prendre la tête  ? Voilà, sans conteste, un beau sujet à traiter : l’accord d’un verbe dépendant d’un qui ayant pour antécédent un attribut du sujet d’un verbe conjugué à la 1re ou à la 2e personne. Vous me suivez ? Avec des pneus neige et quelques spéculoos pour la route ?

Celles qui…

Appliquant à la lettre le troisième précepte du Discours de la méthode, je vais conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples. La règle générale est d’accorder le verbe introduit par qui avec l’antécédent de ce pronom relatif : la femme qui s’est présentée ; les artistes qui répètent la pièce. Cette règle vaut également lorsque l’antécédent est un pronom : moi qui suis le plus jeune ; elle qui est la mieux placée ; nous qui faisons de notre mieux ; vous qui travaillez toute l’année.

Pour la grammaire prescriptive, les exemples qui précèdent n’autorisent pas d’autres modalités d’accord, même si les observateurs de l’usage relèvent quelques attestations dans lesquelles la règle générale s’estompe au profit d’un accord à la troisième personne. Le bon usage (2016, § 931 a) en mentionne quelques-unes : « C’est moi qui le paiera (R. Benjamin) » ; « Il n’y a que moi qui est parfait (Péguy) » ; « Il n’y a plus que toi qui m’aime dans la famille (Stendhal) ». Il s’agit d’emplois proches de ceux que l’on rencontre couramment en registre informel, du type : c’est moi qui a trouvé la réponse ; c’est nous qui sont les plus forts.

Dans la catégorie « objets simples », mentionnons aussi ces emplois dans lesquels l’antécédent du qui est un mot mis en apostrophe, dont on sait qu’il est associé à la deuxième personne grammaticale : pauvres enfants, qui criez votre indignation ; pays bien aimé, qui me manques tant. Cette construction donne lieu à quelques laisser-aller orthographiques, l’accord à la deuxième personne étant battu en brèche par celui à la troisième personne. Je tairai charitablement le nom des quelques célébrités qui tombent dans ce panneau.

Un peu plus piégeux est le cas des constructions « celles/ceux d’entre nous qui + verbe », « celles/ceux d’entre vous qui + verbe ». Conformément à la règle générale, celles-ci demandent un accord avec l’antécédent du qui  : il s’agit donc du pronom démonstratif, et non du complément de ce dernier : ceux d’entre nous qui ont vécu (et non ºqui avons vécu) cette épreuve ; celles d’entre vous qui connaissent (et non ºqui connaissez) la vérité.

Terminons ce tour de chauffe par un classique du genre : le qui précédé de l’expression « un/une des + nom/pronom ». Dans ces constructions, les grammairiens recommandent d’accorder le verbe régi par qui en tenant compte du sens de l’énoncé – quand cela est possible. On distinguera donc j’ai téléphoné à l’un des employés, qui m’a répondu aimablement et j’ai été en contact avec l’un des employés qui étaient de garde ce soir-là.

Nous sommes de celles qui…

Abordons à présent un objet parmi « les plus composés ». Lorsque l’antécédent du qui est un nom ou un pronom attribut du sujet d’un verbe à la 1re ou à la 2e personne, il y a un choix possible pour l’accord du verbe introduit par ce qui  : avec l’attribut (à la troisième personne) ou avec le sujet du verbe principal. Certains s’évertuent à mettre en règles les multiples cas rencontrés, avec plus ou moins de tolérance selon les auteurs. Plutôt que d’errer dans ce labyrinthe, mieux vaut distinguer les cas où les deux types d’accord sont admis – ou admissibles – de ceux pour lesquels une seule possibilité s’imposerait.

La majorité des grammairiens privilégient l’accord avec l’attribut – à la troisième personne – lorsque le verbe principal est négatif ou interrogatif : je ne suis pas quelqu’un qui pourra résister à cette pression ; vous n’êtes pas de ceux qui vont chaque année en vacances ; es-tu un homme qui sait réfléchir ? sommes-nous de ces indignés qui vont changer la donne ? Selon Joseph Hanse (Dictionnaire des difficultés du français moderne, s.v. verbe 2.1.3), cette préférence est liée au fait que la négation et l’interrogation entravent l’identification du sujet principal à son attribut et donnent ainsi la priorité à ce dernier pour l’accord du verbe introduit par qui.

Par contre, les deux types d’accord sont possibles dans les autres contextes, comme l’illustrent les exemples suivants : nous sommes des touristes qui viennent / venons ici en vacances chaque année ; vous êtes les seuls qui vivent / qui vivez aux crochets de vos parents ; nous sommes deux qui pourraient / pourrions remplir les conditions ; vous êtes l’élève qui a / avez le mieux répondu ; nous sommes de ceux qui savent / savons faire face à la vérité ; nous sommes des milliers qui peuvent / pouvons témoigner de ces atrocités.

Vous êtes de ces fans de grammaire qui m’avez suivi jusqu’ici sans prise de tête ? Ou qui m’ont suivi  ? Bravo à vous ! Si certains apprenants du français trouvent ces considérations trop compliquées, je leur souffle une règle qui simplifie la vie : l’accord du verbe introduit par qui est toujours permis avec l’attribut antécédent de ce qui. Qui peut le plus, peut le moins…

Cet article réservé aux abonnés
est en accès libre sur Le Soir+
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

     

    Cet article réservé aux abonnés est exceptionnellement en accès libre

    Abonnez-vous maintenant et accédez à l'ensemble des contenus numériques du Soir : les articles exclusifs, les dossiers, les archives, le journal numérique...

    1€ pour 1 mois
    J'en profite
    Je suis abonné et
    je dispose d'un compte
    Je me connecte
    1€ Accès au Soir+
    pendant 24h
    Je me l'offre
    Je suis abonné et
    je souhaite bénéficier du Soir+
    Je m'inscris
    Aussi en Vous avez de ces mots...