«Je dirais même plus»: 2020, après la catastrophe

«Je dirais même plus»: 2020, après la catastrophe

A quoi ressemblera 2020 ? An de grâce ou d’infortune ? De toute façon, amer ou pas, quand le vingt est tiré, il faut le boire…

Si comme le prophétisent quelques beaux esprits, l’an prochain, c’est la fin du monde, il faut partir proprement en laissant les lieux en ordre ; que rien ne traîne après notre disparition. Armes, déchets nucléaires, décharges, Vlaams Belang et autres horreurs plus ou moins cachées de notre civilisation, à la poubelle ! En revanche, on peut léguer quelques souvenirs susceptibles d’intéresser un jour nos très lointains descendants ou des extraterrestres venus explorer notre planète déserte à la recherche de pièces destinées à garnir leur musée des civilisations disparues.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct