Brésil: les «petites affaires», troubles et juteuses, du clan Bolsonaro

Flavio (à g.) et Jair Bolsonaro
: une enquête qui débouche sur des soupçons de népotisme, de détournement de fonds et d’accointances troubles.
Flavio (à g.) et Jair Bolsonaro : une enquête qui débouche sur des soupçons de népotisme, de détournement de fonds et d’accointances troubles. - Reuters.

Le fils aîné du président Bolsonaro, le sénateur Flavio Bolsonaro, était bien parvenu en juin dernier à obtenir de la Cour suprême un arrêt temporaire d’une enquête visant son cabinet parlementaire quand il était député de l’État de Rio de Janeiro, de 2002 à 2018. Mais si l’on en croit le Parquet de Rio, cet arrêt temporaire n’a eu guère d’effets sur les faits et l’ampleur du scandale que cette enquête peut provoquer au Brésil.

Les enquêteurs s’intéressent depuis déjà deux ans aux pratiques illégales de 26 députés de l’État de Rio, mais Flavio est bien sûr le plus exposé : pour les sommes détournées d’une part mais également pour éclabousser son père. Après des perquisitions, ce mercredi, dans 23 domiciles liés à la famille Bolsonaro, les enquêteurs ont été un peu plus bavards sur les soupçons qui pèsent contre le sénateur : détournement de fonds publics et blanchiment d’argent, le tout réalisé avec des personnes bien peu recommandables.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct