À la Martinique, art et rhum font bon ménage

Dans l’exposition de Pascale Marthine Tayou, chaque chose peut être interprétée de diverses façons par le visiteur. Tandis que les grèves paralysent la France, beaucoup voyaient ici un rappel de Mai 68 tandis que d’autres retenaient surtout le côté coloré et joyeux de l’installation.
Dans l’exposition de Pascale Marthine Tayou, chaque chose peut être interprétée de diverses façons par le visiteur. Tandis que les grèves paralysent la France, beaucoup voyaient ici un rappel de Mai 68 tandis que d’autres retenaient surtout le côté coloré et joyeux de l’installation. - D.R.

Sur le parking de la Fondation Clément, des jeunes gens guident les visiteurs vers les navettes qui les emmènent au sommet de la colline, à la sortie de la petite ville de Le François. Tous se dirigent vers l’ancienne distillerie et le tout nouveau bâtiment dont la façade brille dans la nuit. Il est 21 heures en Martinique et on dénombre déjà plus de 2000 visiteurs pour le vernissage de l’exposition de Pascale Marthine Tayou.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct