La tabelle à 4%, pas plus

Jean-Claude VANTROYEN - journaliste
PHOTO:Bruno DALIMONTE.
Jean-Claude VANTROYEN - journaliste PHOTO:Bruno DALIMONTE. - LESOIR

La tabelle, vous connaissez ? C’est le nom donné à cette sorte de taxe que les distributeurs de livres en Belgique imposent aux vendeurs. Pour pallier la suppression du taux de change, à l’époque où il y avait encore des francs français et belges. Mais pour les deux gros distributeurs, Dilibel (une filiale de Hachette) et Interforum Benelux, cette surtaxe était aussi la condition de leur présence sur le sol belge. Cette tabelle rendait la plupart des livres plus chers à Bruxelles qu’à Paris, Bordeaux ou Fort-de-France, de 12 à parfois même 20 %.

Depuis l’apparition du prix unique du livre, partout en Belgique le 1er janvier 2018, à Bruxelles le 5 avril 2019, la tabelle est supprimée théoriquement. Progressivement, dans les faits. Le 1er janvier 2019, elle ne pouvait plus dépasser 8 %. Le 1er janvier 2020, elle ne pourra pas dépasser 4 %. Le 1er janvier 2021, ce sera 0 %. Vérifiez le vrai prix sur www.prixdulivre.be

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Livres
    • d-20131107-32FMZ4_high (2)

      «Objectif plumes»: portail des littératures belges francophones

    • Les noms s’égrènent –
Beaumarchais, Beigbeder, Casanova, Sade, Dostoievski, Chester Himes, Jack London, Alphonse Boudard, Malraux, Mesrine, Oscar Wilde et Paul Verlaine...
–, les histoires scotchent le visiteur, belles et tragiques.

      Écrire, la grande évasion

    • CBBD (2)

      Panade au Centre belge de la bande dessinée

    • Miguel Angel Tovar, El Niño de Hollywood.

      Critique Une autre histoire de la violence