Céroux lié à Petrova: «On a été accueillis à bras ouverts»

Trois albums de photos témoignent de l’aventure. Il y avait de la neige, des maisons en carré au toit de tôle, avec des poêles en fonte tout en hauteur que l’on rechargeait sur le côté, une mairie, une épicerie de village, une petite pharmacie, une superbe église orthodoxe et, dans les rues pour y arriver, de rares Dacia toutes fumantes. Voilà pour l’ambiance. Reste le fond de ce jumelage un peu particulier entre le village de Petrova, dans les montagnes des Carpates, en Roumanie, et la Commune libre de Céroux. Entretien avec un des initiateurs, Patrick Piret-Gérard, 68 ans.

Céroux s’est donc mobilisé…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct