Wallonie: l’opération Villages roumains ou 30 ans de solidarité

La Commune libre de Céroux s’était jumelée avec Petrova. Deux voyages de vivres et de vêtements y ont été envoyés il y a trente ans.
La Commune libre de Céroux s’était jumelée avec Petrova. Deux voyages de vivres et de vêtements y ont été envoyés il y a trente ans. - D. R.

L’histoire est loin d’être terminée. Ici et là, des actions sont encore entreprises pour aider des villages roumains et moldaves. Au niveau international, nous participons pour l’instant à la finalisation d’un centre de jour à Petruseni, en République moldave. Il devrait s’ouvrir au printemps. On pourra notamment y établir une cuisine, afin de préparer des repas à domicile. »

Michel De Backer, journaliste à Antenne Centre, était du premier voyage de La Louvière vers Soars, en Transylvanie. Fin 1989 et début 1990, il était de ceux qui voulaient s’engager dans l’Opération Villages Roumains (OVR) afin de contrer le plan de l’ancien président de la Roumanie, Nicolae Ceausescu, qui consistait à raser huit mille villages et à transformer certains d’entre eux en « centres agrico-industriels ». C’était il y a trente ans. Depuis, il continue à se mobiliser bénévolement pour réaliser des films, des reportages et des expos afin de faire connaître la Roumanie et ses réalités.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Wallonie