Les rois et les crises

Les discours de Noël des rois sont indissociables des tourments de la vie politique belge. La formule du roi Baudouin invitant en 1988 à « exclure toute forme de séparatisme explicitée ou larvée » fut plusieurs fois reprise par la suite dans d’autres discours. Comme le relève Vincent Dujardin, l’opposition la plus vive du roi Albert II se retrouve en 2007, « alors qu’il venait de poser un des actes les plus importants de son règne en demandant à Verhofstadt de rester Premier ministre dans un gouvernement provisoire ». « L’année qui s’achève », soulignait le Roi, « a connu sur le plan politique incontestablement une période éprouvante.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct