Les enfants de la guerre ont la mémoire dans la peau

Les commémorations officielles sont autant d’occcasions de réactiver la mémoire, collective mais aussi individuelle.
Les commémorations officielles sont autant d’occcasions de réactiver la mémoire, collective mais aussi individuelle. - Belga.

Souvenirs d’enfance. L’expression évoque l’insouciance, la légèreté, un monde où tout est encore possible. Pour ceux qui ont vécu la bataille des Ardennes, le souvenir tient plutôt du cauchemar : c’est la peur sous les bombardements, les cadavres gelés et la maison familiale incendiée. Ces drames, et les sentiments qu’ils nourrissent, constituent aujourd’hui une source importante d’information pour les historiens qui s’attachent à reconstruire le passé, tout en sachant que la mémoire évolue et s’altère avec les années.

En amont du 75e anniversaire de la « Battle of the Bulge », le Bastogne War Museum a cherché à récolter de nouveaux témoignages. Ils sont six à s’être ainsi livrés au micro de Nicolas Charlier, un étudiant en Histoire de l’UClouvain qui effectue un stage au musée.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct