Habitations coloniales, rhumeries et autres témoignages du passé martiniquais

Première initiative du genre de GBH (Groupe Bernard Hayot) au milieu des années 80, l’Habitation Clément a été restaurée au cours de plusieurs campagnes de travaux basées sur des recherches précises concernant l’architecture d’origine des différents bâtiments. Elle est désormais ouverte au public tous les jours de 9 à 17
h ainsi que l’ensemble du domaine, comprenant notamment l’ancienne distillerie.
Première initiative du genre de GBH (Groupe Bernard Hayot) au milieu des années 80, l’Habitation Clément a été restaurée au cours de plusieurs campagnes de travaux basées sur des recherches précises concernant l’architecture d’origine des différents bâtiments. Elle est désormais ouverte au public tous les jours de 9 à 17 h ainsi que l’ensemble du domaine, comprenant notamment l’ancienne distillerie. - D.R.

Les plages, la mer, le soleil, les bananiers, les palmiers, les acras, le rhum, le doux accent créole… voilà sans doute à quoi l’on associe aisément la Martinique. On pense nettement moins au patrimoine. A tort car l’île possède quelques lieux tout droit surgis du passé qui méritent le déplacement. Non sans susciter quelques tensions et questionnements au sein de la société martiniquaise. S’agissant des bâtiments, la plupart de ceux qui sont aujourd’hui classés au patrimoine historique témoignent en effet de l’époque coloniale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct