Saint-Pierre, en Martinique, la ville sous le volcan

Fondé en 1933 par Frank A. Perret, scientifique et philanthrope américain, le musée volcanologique de Saint-Pierre avait été rénové en 1969 et 1988. En 2004, il obtient l’appelation Musée de France. Suite à sa rénovation complète par la Fondation Clément à partir de décembre 2018, il a été rebaptisé «
Mémorial de la catastrophe de 1902
». La réhabilitation du lieu par l’architecte Olivier Compère lui donne un aspect résolument contemporain, avec une façade en bois brûlé faisant écho à la catastrophe et une esplanade désormais dégagée avec vue sur la mer des Caraïbes et, en contrebas, les ruines des maisons dévastées lors de l’éruption.
Fondé en 1933 par Frank A. Perret, scientifique et philanthrope américain, le musée volcanologique de Saint-Pierre avait été rénové en 1969 et 1988. En 2004, il obtient l’appelation Musée de France. Suite à sa rénovation complète par la Fondation Clément à partir de décembre 2018, il a été rebaptisé « Mémorial de la catastrophe de 1902 ». La réhabilitation du lieu par l’architecte Olivier Compère lui donne un aspect résolument contemporain, avec une façade en bois brûlé faisant écho à la catastrophe et une esplanade désormais dégagée avec vue sur la mer des Caraïbes et, en contrebas, les ruines des maisons dévastées lors de l’éruption. - D.R.

Vue de l’esplanade, juste après une averse aussi courte que violente, la mer des Caraïbes brille à nouveau sous le soleil. Les nuages s’éloignent mais continuent à s’accrocher au sommet de la montagne Pelée que nous n’apercevrons jamais. C’est pourtant elle qui nous amène ici pour visiter la petite ville de Saint-Pierre et son Mémorial de la catastrophe.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Arts plastiques
    • Un monde figé dont les habitants reproduisent constamment les mêmes gestes venus du passé. © Philippe De Gobert.

      «Mondo Cane» en liberté à Bozar

    • Karolina Halatek provoque un paradoxe de la perception et une illusion d’optique intense dans son installation «
Valley
».

      L’art peut-il adoucir la solitude?

    • Des pièces de statues endommagées par les Talibans.

      Un nouveau musée en Afghanistan, pour guérir de la pire des guerres