Quatre questions que pose la «traque» de Michel Lelièvre

Quatre questions que pose la «traque» de Michel Lelièvre
Photo News.

Qu’on le traque et le pende sur une place publique. Un exemple pour le futur (dissuasif) et en mémoire du triste passé. La population en a marre du laxisme belge et de sa justice. » Malgré la fermeture du groupe Facebook qui appelait à une « traque de Michel Lelièvre dans Bruxelles », les appels à la violence se poursuivent sur les réseaux sociaux, même après son agression. Depuis que l’ancien complice de Dutroux, a été libéré en conditionnelle, le 2 décembre dernier, après 23 ans passés sous les barreaux, il fait l’objet d’une véritable chasse à l’homme.

1

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct