Le voyage imaginaire de Paul Delvaux en gare du Train World

La confrontation entre les toiles et les locomotives met l’oeuvre en abyme.
La confrontation entre les toiles et les locomotives met l’oeuvre en abyme. - Kenzo TRIBOUILLARD/AFP.

L ’homme qui aimait les trains prend son départ dans une salle de dessins perdus et d’œuvres fragiles. Une vitrine rassemble les objets fétiches du peintre : des isolateurs électriques, une lanterne de cheminot, un képi de chef de gare, sa palette, ses pinceaux… Les aquarelles des premières années esquissent délicatement des petites gares de Marchin-lez-Huy, Régissa, Spa ou Statte, en bord de Meuse…

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct