La Croatie veut que l’Union européenne réponde au défi «existentiel» de sa baisse de population

Andrej Plenkovic, premier ministre croate, estime que les soucis démographiques de son pays sont un «
problème presque existentiel
».
Andrej Plenkovic, premier ministre croate, estime que les soucis démographiques de son pays sont un « problème presque existentiel ». - AFP.

Les Européens ne font-ils plus assez d’enfants ? Le plus jeune Etat membre de l’Union européenne, la Croatie, pose sérieusement la question alors qu’elle entame sa toute première présidence du Conseil de l’UE. Les questions de démographie font partie des priorités politiques que Zagreb poussera pendant ses six mois de mandat, avant que l’Allemagne ne prenne le relais.

Ces questions sont « un problème structurel, presque existentiel pour certaines nations », a expliqué le Premier ministre croate, Andrej Plenkovic, au Financial Times, en début de semaine. Le pays, affirme-t-il, perd chaque année la population d’une ville en raison d’un plus haut taux de décès que de naissances, situation dans laquelle se sont trouvés plus de la moitié des pays de l’UE en 2018.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct