Netflix à la recherche d’un «Messiah» liégeois

Le messie apparaît à Damas, dans un monde polarisé, où le confit avec Daesh est à son apogée.
Le messie apparaît à Damas, dans un monde polarisé, où le confit avec Daesh est à son apogée. - Netflix

Un homme sorti de nulle part, qui mène 2.000 Palestiniens de Syrie à la frontière israélienne à travers le désert, défiant Daesh. Une fusillade sur le Mont du Temple à Jérusalem et une flopée de miracles inexpliqués. Sur fond de guerre de religions, de terrorisme et de mysticisme, Messiah, la nouvelle série Netflix, emprunte un ton volontairement provocateur. Elle tente aussi de comprendre comment à l’ère des réseaux sociaux et de l’information en direct, le monde réagirait à l’apparition d’une figure mystérieuse douée de pouvoirs extraordinaires.

« Oui, c’est provocateur. La série est provocatrice », n’a pas hésité à confirmer à l’AFP son créateur, Michael Petroni (scénariste du Monde de Narnia). « Mais provocateur ne veut pas dire offensant. Nous ne visons en aucune manière à choquer qui que ce soit (…) mais nous nous attendons à ce qu’il y ait beaucoup de bruit autour de la série, et de nombreux débats. »

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct