Kenan Görgün au «Soir»: «Il est illusoire de croire qu’on va avoir enfin la paix»

«
Je suis quelqu’un de pessimiste à long terme et d’optimiste au quotidien parce que c’est de là que je tire mon énergie, mon envie de vivre et de vivre bien.
» © Frédéric Sierakowski.
« Je suis quelqu’un de pessimiste à long terme et d’optimiste au quotidien parce que c’est de là que je tire mon énergie, mon envie de vivre et de vivre bien. » © Frédéric Sierakowski.

Entretien

Attention, ce roman rugit comme une kalashnikov qui mitraille toutes nos certitudes. C’est une bombe qui explose à la figure du lecteur. Cela s’appelle Le second disciple, l’auteur se nomme Kenan Görgün et c’est sans doute le plus formidable des romans de la fin de l’année 2019. Il parle de terrorisme. Il s’interroge sur sa fabrication. Il suit Abu Brahim, le seul responsable arrêté et emprisonné d’un attentat sanglant commis sur la Grand-Place de Bruxelles, et Xavier Abu Kassem, ex-soldat belge, condamné pour violences, converti et radicalisé en prison et qui a le plan d’un nouvel attentat d’un tout nouveau style.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct