Négociations fédérales: tic-tac, tic-tac... l’horloge belge tourne

Les actuels informateurs royaux, Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V). Attendre, toujours attendre... © Photo News.
Les actuels informateurs royaux, Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V). Attendre, toujours attendre... © Photo News.

Sept bons mois que les élections ont eu lieu. Sept mois que l’on nous dit que c’est trop tôt. Que les électeurs ont laissé une équation politique tellement complexe au fédéral qu’elle tient de l’insoluble. Qu’on ne voit guère comment concilier les contraires.

Et donc qu’il faut du temps. Encore du temps. Toujours du temps.

D’abord, parce qu’il ne fallait pas se précipiter tant que les exécutifs régionaux n’étaient pas esquissés. Tout n’est-il pas lié ?

Alors on a attendu.

Attendu de voir émerger une coalition bruxelloise (mi-juillet). Puis un gouvernement wallon (mi-septembre). Enfin un exécutif flamand (1er octobre).

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct