Uber, faut-il t’aimer ou te détester?

Travis Kalanick, le fondateur d’Uber.
Travis Kalanick, le fondateur d’Uber. - Reuters

Il y a un nouveau livre sur Uber, écrit par un reporter du New York Times , tu en as entendu parler ? Ecris un papier dessus. Beaucoup de personnes se demandent si Uber incarne le mal ou le bien. Tirons enfin les choses au clair », m’a dit, récemment, un collègue journaliste.

Ma foi, tout dépend de quel Uber on parle. Car Uber comme concept de transport de personnes – extrêmement pratique par sa simplicité – est tout aussi neutre que la vente de fleurs ou la gestion d’un bureau comptable.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Entreprises