Trump déploie au Moyen-Orient une stratégie illisible et dangereuse

Trump déploie au Moyen-Orient une stratégie illisible et dangereuse
AFP

Le général iranien Qassem Soleimani n’est plus. Lui et quelques-uns de ses lieutenants ont été tués par des bombes tirées à partir d’un drone américain près de l’aéroport de Bagdad dans la nuit de jeudi à vendredi. L’information a stupéfié le Moyen-Orient. Soleimani n’était autre que le démiurge de l’ombre qui avait remodelé pas à pas la région pendant deux décennies pour y promouvoir les intérêts de la République islamique, sans aucun regard pour les innombrables victimes que ses sanglantes méthodes charriaient.

Mais, s’il est légitime de considérer Soleimani comme un meurtrier de masse pour ses actions en Iran, Irak, Syrie ou ailleurs, on peut néanmoins s’interroger sur son assassinat, forcément illégal en regard du droit international, décidé par Donald Trump. Celui qui, en 2011, accusait – erronément ! – Barack Obama de vouloir se lancer dans une guerre contre l’Iran pour se faire réélire à la présidence des Etats-Unis aurait-il lui-même franchi le pas ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct