Vis ma vie de paysan

Parmi les familles recontrées à Yarumayo, Daniela Silva Cisneros et sa fille. Elles sont équipées d’une douche, d’une toilette et ont commencé un processus de transition vers une agriculture agroécologique.
Parmi les familles recontrées à Yarumayo, Daniela Silva Cisneros et sa fille. Elles sont équipées d’une douche, d’une toilette et ont commencé un processus de transition vers une agriculture agroécologique. - Eglantine Nyssen.

Au Pérou, le paysan est considéré comme l’un des derniers maillons de l’échelle sociale. A Huanuco et dans ses environs, si tu n’as rien réussi d’autre, même pas maçon, si tu n’as pas migré vers la ville, si tu as raté ta vie, tu es paysan. C’est un avenir que les parents ne souhaitent pas pour leurs enfants. Et si en plus tu fais de l’agroécologie, c’est certain, tu vas mourir de faim. « Quand une famille se lance dans un projet avec Îles de Paix et dans l’agroécologie, le regard de ses voisins peut être très dur. Et puis, après quelque temps, certains sont convaincus par le projet et se lancent dans le processus », explique Olivier Genard, responsable de l’unité d’appui aux programmes d’Îles de Paix. Pour que le projet fonctionne, seules les familles vraiment motivées sont gardées – la plupart des paysans voyant leur terre seulement comme un moyen de se faire des sous pour partir le plus rapidement possible.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct