lesoirimmo

Le crash du Boeing ukrainien à Téhéran laisse de nombreuses questions en suspens

L’autorité de l’aviation civile iranienne a d’ores et déjà déclaré refuser de donner aux Américains les deux boîtes noires de l’avion, qui ont été retrouvées.
L’autorité de l’aviation civile iranienne a d’ores et déjà déclaré refuser de donner aux Américains les deux boîtes noires de l’avion, qui ont été retrouvées. - EPA.

Quel enchaînement catastrophique a-t-il conduit à sa perte le Boeing 737 de la compagnie ukrainienne UIA, ce mercredi matin à Téhéran, entraînant la mort de ses 176 occupants ? Comme toujours en pareil cas, sans doute faudra-t-il plusieurs mois avant de pouvoir déterminer avec une relative certitude les causes du crash.

L’avion, qui avait décollé à 6 h 10 (heure locale) de l’aéroport Imam Khomeiny en direction de Kiev, en Ukraine, s’est écrasé après deux minutes de vol à environ 45 kilomètres au nord-ouest de Téhéran. Se trouvaient notamment à bord de l’appareil, en sus de 11 personnes de nationalité ukrainienne (dont les neuf membres d’équipage), quelque 82 passagers iraniens ainsi que 63 Canadiens. Parmi ceux-ci, certains étaient issus de l’importante diaspora iranienne au Canada et avaient choisi de profiter des vols relativement bon marché que proposait cette compagnie privée entre Téhéran et Toronto, avec escale à Kiev.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct