Quand Trump et Khamenei optent soudain pour la retenue

Le seul homme qui compte vraiment à Téhéran, l’ayatollah Khamenei, «
guide de la révolution
».
Le seul homme qui compte vraiment à Téhéran, l’ayatollah Khamenei, « guide de la révolution ». - AFP

Ainsi, au-delà des inévitables imprécations entendues en provenance de Téhéran, la « vengeance » concoctée par le régime des ayatollahs après l’assassinat par les Etats-Unis du général Qassem Soleimani s’est résumée, en tout cas dans la nuit de mardi à mercredi, à des frappes par missiles sur deux bases militaires irakiennes abritant des contingents du corps expéditionnaire américain. Sans, au total… une seule victime, même si des médias iraniens ont évoqué un carnage. Dix-huit heures plus tard, à Washington, Donald Trump a en quelque sorte validé le message, renonçant à lancer des représailles.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct