Le skyr, le produit laitier «light» qui a le vent en poupe: marketing ou vrai argument santé?

Ça ressemble à du yaourt à la grecque, ça en a la texture, mais pas la saveur onctueuse...
Ça ressemble à du yaourt à la grecque, ça en a la texture, mais pas la saveur onctueuse... - Pierre-Yves Thienpont

Se mettre au skyr pour remonter la pente des excès de fin d’année, c’est de saison – même si ça peut se pratiquer toute l’année. Le… quoi ? En islandais, ça veut dire « lait caillé » et ça se prononce comme ça s’écrit. Entre le yaourt et le fromage blanc, cette spécialité du grand Nord s’obtient à partir de lait écrémé fermenté avec des bactéries lactiques, qui est ensuite égoutté pour en enlever le petit-lait, façon faisselle. D’où la texture épaisse et la faible teneur en lactose. Le skyr est par contre très riche en protéines (environ 10 %), ce qui en fait un aliment idéal pour les végétariens, les personnes âgées et les sportifs. Comme il faut trois fois plus de lait pour en produire, le prix s’en ressent : comptez autour des 4,60 euros le kilo.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Mon assiette