Les voitures essence d’occasion se sont renchéries de plus de 20%

Acheter une voiture en période de Salon de l’auto, qui démarre pour le grand public ce vendredi à Brussels Expo, nécessite plus que jamais une réflexion sur sa valeur résiduelle au bout de 5 à 10 ans.
Acheter une voiture en période de Salon de l’auto, qui démarre pour le grand public ce vendredi à Brussels Expo, nécessite plus que jamais une réflexion sur sa valeur résiduelle au bout de 5 à 10 ans. - Belga

Le dieselgate suivi d’un « dieselbashing » qui a pris une ampleur irrationnelle, l’instauration de zones de basses émissions à Bruxelles, Anvers et Gand, appelées à s’amplifier ou encore la meilleure prise en considération des profils de consommation automobile lors du choix d’un véhicule au royaume du diesel à outrance… Tous ces éléments ont conduit à un véritable bouleversement dans les motorisations vendues en Belgique. En 2009, le diesel représentait 75,3 % des immatriculations de voitures neuves et l’essence 24,3 %. Dix ans plus tard, en 2019 donc, le diesel ne concernait plus que 31,4 % des immatriculations de nouvelles autos, tandis que l’essence se hissait à 61,6 %. Malgré un possible retour en grâce du diesel vu la nouvelle génération de moteurs moins gourmands et moins polluants, le mouvement de « dédieselisation » du parc automobile belge pourrait se poursuivre, certes à un régime bien moins soutenu.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct