Crash d’un Boeing: pourquoi l’Iran peut jouer la carte de la théorie du complot

«
Une chose est sûre, cet avion n’a pas été touché par un missile
», a déclaré le président de l’Organisation de l’aviation civile iranienne (CAO), Ali Abedzadeh.
« Une chose est sûre, cet avion n’a pas été touché par un missile », a déclaré le président de l’Organisation de l’aviation civile iranienne (CAO), Ali Abedzadeh. - AFP

entretien

La catastrophe a entraîné la mort de 176 personnes, essentiellement des Irano-Canadiens, mais aussi des Afghans, des Britanniques, des Suédois et des Ukrainiens. Les raisons du crash du Boeing 737 ukrainien près de Téhéran – survenu avant l’aube, quelques heures après des tirs de missiles par Téhéran sur des bases utilisées par l’armée américaine en Irak – déchirent toujours la communauté internationale ce vendredi.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Proche-Orient