2020, l’année où la BD veut devenir française

Parmi la multitude de pionniers français de la nouvelle bande dessinée nominés pour les Fauves du Festival d’Angoulême, figurent Joann Sfar et Christophe Blain avec l’album de Blueberry « Amertume Apache ».
Parmi la multitude de pionniers français de la nouvelle bande dessinée nominés pour les Fauves du Festival d’Angoulême, figurent Joann Sfar et Christophe Blain avec l’album de Blueberry « Amertume Apache ». - Dargaud.

Franck Riester, le ministre français de la Culture, a proclamé 2020 « année de la bande dessinée ». Pas moins de 1,2 million d’euros sont mis sur la table dans le but de valoriser « la force créatrice » du 9e Art et de ses auteurs. Plus de cinq cents événements feront connaître la bande dessinée hors des cases, dans des lieux où les héros ne sont pas attendus. Coulé dans le bronze, Le Chat de Philippe Geluck posera sa griffe sur les Champs-Elysées au printemps. Vingt statues d’une tonne et de trois mètres de haut feront ronronner d’excellence la bande dessinée belge au cœur de Paris. Fin mars, le Musée Picasso s’ouvrira aux comics surréalistes. Largo Winch investira la Cité de l’Economie et le Spirou d’Emile Bravo fera son devoir de mémoire au Mémorial de la Shoah.

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct