Plongée dans les réseaux libanais de Carlos Ghosn

Derrière les barreaux au Japon puis libéré sous conditions, Carlos Ghosn est sorti du silence le 8 janvier, à Beyrouth.
Derrière les barreaux au Japon puis libéré sous conditions, Carlos Ghosn est sorti du silence le 8 janvier, à Beyrouth. - Reuters

Finit-on toujours par retourner de là où on vient ? A 65 ans, et dans des circonstances que personne n’aurait pu imaginer il y a seulement un an et demi, Carlos Ghosn a retrouvé, le 30 décembre à l’aube, le Liban de ses origines. Drôle d’épilogue dans l’histoire d’un homme qui s’est défini comme un citoyen du monde.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct