Espagne: une table de négociation pour résoudre la crise catalane

Entre le président régional de droite Quim Torra (à dr.) et son vice-président de gauche Pere Aragones, les indépendantistes catalans affichent une ligne de fracture de plus en plus nette.
Entre le président régional de droite Quim Torra (à dr.) et son vice-président de gauche Pere Aragones, les indépendantistes catalans affichent une ligne de fracture de plus en plus nette. - EPA.

Elle était la condition sine qua non à l’investiture de Pedro Sánchez, celle en échange de laquelle les députés indépendantistes de la gauche républicaine catalane, Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), se sont abstenus et ont permis au socialiste d’être reconduit au pouvoir. La table des négociations « pour résoudre le conflit politique » avec la Catalogne devrait avoir lieu dans les 15 jours suivant la formation du nouveau gouvernement, prévue ce dimanche.

Dès la publication de l’accord entre ERC et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) le 2 janvier dernier, un des acteurs clés dans la résolution du conflit s’était pourtant montré plus que réticent quant à la formation de cette table de négociation. Quim Torra, l’actuel président de la région et membre de la droite indépendantiste catalane Junts Per Catalunya (JxCat) avait ainsi affirmé ne pas partager ce pacte.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct