Faut-il humilier l’Iran?

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin ont égrené la liste des nouvelles sanctions économiques visant les dignitaires iraniens.
Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin ont égrené la liste des nouvelles sanctions économiques visant les dignitaires iraniens. - Photo News

La question se pose après le revers stratégique infligé à Téhéran par Washington, sans même passer par une guerre en bonne et due forme : l’élimination du général Qassem Soleimani le 3 janvier dernier, celui qui était tout à la fois le « ciment » de la politique régionale des mollahs et un redoutable maître de guerre contre les Etats-Unis. Elle s’impose plus encore après la destruction vraisemblablement accidentelle d’un Boeing 737 ukrainien, tuant les 176 personnes à bord, le 8 janvier au décollage de Téhéran. En l’espace de cinq jours, le régime chiite de l’ayatollah Ali Khamenei vient par deux fois de perdre la face alors qu’il se trouvait déjà confronté à des sanctions économiques accablantes et une vigoureuse contestation interne. Et voilà que l’administration Trump impose des sanctions additionnelles, célèbre ouvertement la mort de son ennemi public numéro un, laisse filtrer des informations sur une seconde tentative d’élimination, celle d’un autre leader Pasdaran, au Yémen celle-là, mais sans succès.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct