Tunisie: le rejet du gouvernement Jemli signe l’échec d’Ennahda

Rachid Ghannouchi, leader du parti Ennahda.
Rachid Ghannouchi, leader du parti Ennahda. - Anis Mili/AFP.

Avec le rejet par 72 voix contre 134 du gouvernement Habib Jemli par l’Assemblée vendredi soir, Ennahda essuie un échec cinglant : vainqueur des législatives du 6 octobre avec 54 sièges sur 217, il n’a pas réussi à trouver d’autres alliés que la coalition Al Karama (une excroissance plus radicale du parti islamiste apparue lors des dernières élections) pour soutenir son candidat. L’enjeu politique était double : trouver une majorité d’au moins 109 voix dans un parlement morcelé et traduire la demande de volonté politique de transformation exprimée par les élections, après cinq ans de consensus mou et d’immobilisme. Deux mois de négociations, douze heures de délibération, des tractations de dernière minute n’auront pas suffi à résoudre cette quadrature du cercle.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct