En zone rurale, la «saison des cambriolages» a été terrible

«
A 17h, la nuit est tombée, ils savent très rapidement si les habitants sont chez eux ou non. Ils agissent à pied et passent souvent par l’arrière des maisons.
»
« A 17h, la nuit est tombée, ils savent très rapidement si les habitants sont chez eux ou non. Ils agissent à pied et passent souvent par l’arrière des maisons. » - L.Co.

Reportage

C’est un coin de Belgique où, en hiver, le brouillard matinal joue souvent les prolongations après midi. Un coin de Belgique où, même sur la E411 qui la traverse, l’autoradio peine à capter plus de trois ou quatre fréquences grésillantes. C’est là que, depuis l’automne dernier, les cambrioleurs s’acharnent.

A la frontière entre les provinces de Namur et de Luxembourg, l’axe Gedinne-Bièvre-Paliseul-Bertrix est la victime d’une vague de monte-en-l’air particulièrement insistants. C’est bien simple, de mémoire de policiers et d’élus locaux, « c’est du jamais vu ».

Vous désirez lire la suite ?
7,5€/mois pendant 6 mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct