Négociations fédérales: la Belgique mérite mieux que des «non, peut-être»

Négociations fédérales: la Belgique mérite mieux que des «non, peut-être»
Belga.

Mais qui voudrait se trouver à la place de Georges-Louis Bouchez, informateur francophone, lundi, aux portes du Palais ?

Il est aux prises avec la N-VA, un parti qui, après avoir insulté Paul Magnette et ses tentatives de compromis montre depuis quelques jours son visage le plus policé, façon serpent charmé mais n’a toujours pas démontré qu’il avait d’autre dessein, au mieux que de convaincre la Flandre que le pays ne fonctionne pas, au pire de monter dans un gouvernement œuvrant à son démantèlement.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct