Coupe ou tampon: risques similaires

La coupe menstruelle, alternative écologique aux tampons « classiques », n’est « pas du tout plus sûre », estime Axelle Pintiaux, cheffe du service de gynécologie à l’hôpital Erasme. La « cup » entraîne en effet, lorsqu’elle est insérée, « des petites lésions qui permettent à l’oxygène de rentrer dans le vagin ». « Or, le staphylocoque est “aérobie”, il aime l’oxygène », précise la spécialiste. Sa manipulation nécessite en outre de bonnes conditions d’hygiène tout au long de la journée.

La coupe menstruelle « favorise la rétention des règles, donc le sang reste effectivement également dans le vagin », confirme pour sa part Frédéric Kridelka, professeur à l’ULiège et chef du service gynécologie au CHU de Liège.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct