Le problème? C’est le PS qui a besoin d’Emir Kir, pas l’inverse…

Le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir dispose d’un large soutien de la communauté turque.
Le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir dispose d’un large soutien de la communauté turque. - Sylvain Piraux.

On pourrait dire qu’Emir Kir est au PS bruxellois ce que Stéphane Moreau était au PS liégeois : un électron libre, un potentat local se comportant à l’égard de son parti – comme le disait un de nos interlocuteurs – comme un franchisé McDonald’s : ces hommes-là ont le label PS quand ça les arrange mais, pour le reste, ils font ce qu’ils veulent. Là où l’un a fait sien l’argent public, l’autre transgresse une valeur fondatrice et cardinale de son parti.

Pour un PS qui se présente comme le défenseur des petits contre les abus des puissants, les comportements d’un Stéphane Moreau à la tête de Nethys faisaient tache. Mais dans un parti où une cheffe de groupe s’insurge contre les bruits de bottes émanant d’un gouvernement comprenant des ministres ayant eu des liens avec le Vlaams Blok et d’anciens collabos, les accolades et autres serrements de main répétés d’Emir Kir avec des maires turcs proches des Loups gris font extrêmement mal.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct