Les siffleurs Un polar roumain habilement burlesque

<span>Les siffleurs</span> Un polar roumain habilement burlesque

On accoste l’île de la Gomera sur la musique entraînante de « The Passenger » d’Iggy Pop avant d’embarquer dans un thriller sans cesse au bord de l’absurde et bourré d’humour noir. Le scénario est un labyrinthe malin dans lequel les personnages prennent place sans pouvoir faire confiance aux autres. On voyage de la Gomera à Singapour en passant par Bucarest. Avec une femme fatale en robe rouge, un flic corrompu, des mafieux qui ne rigolent pas et un hôtelier fou d’opéra. Ce qui offre une galerie de portraits pas piquée des vers, chacun ayant droit à son chapitre. Au passage, on apprend le mystérieux langage ancestral du siffleur, le silbo, histoire de libérer en Roumanie un mafieux de prison et récupérer des millions cachés. Mais l’amour s’en mêle et rien ne se passe comme prévu…

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct