Nucléaire: les Européens mettent l’Iran au pied du mur, en le sommant de renoncer à ses prétentions

«
A la lumière de la dangereuse escalade en cours au Moyen-Orient, la préservation de l’accord est plus importante que jamais
», martèle Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l’UE.
« A la lumière de la dangereuse escalade en cours au Moyen-Orient, la préservation de l’accord est plus importante que jamais », martèle Josep Borrell, le chef de la diplomatie de l’UE. - AFP.

Nouveau développement dramatique pour l’accord nucléaire avec l’Iran, brutalement sapé depuis le printemps 2018 par le président Trump. La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont décidé ce mardi d’activer un mécanisme de crise prévu par l’accord. La décision devrait pousser Téhéran dans ses derniers retranchements : soit la République islamique fait marche arrière, soit le deal… mourra.

Paris, Berlin et Londres sont les trois piliers européens du deal de 2015. Celui-ci est censé empêcher le régime des mollahs de se doter de la bombe atomique. L’accord est bétonné par une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. « Nous n’avons plus d’autre choix » que d’activer ce mécanisme, indiquent les trois pays européens, dans une déclaration conjointe de leurs ministres des Affaires étrangères.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct