La gauche israélienne s’unit avant les législatives

Amir Peretz, chef du parti travailliste, a signé une union avec le parti de gauche Meretz.
Amir Peretz, chef du parti travailliste, a signé une union avec le parti de gauche Meretz. - RTR.

Ils y sont arrivés, non sans mal : après des mois de palabres, de valses-hésitations, les deux partis se revendiquant encore peu ou prou de la gauche sioniste, en Israël, ont signé un accord pour former une liste commune aux élections législatives du 2 mars prochain. Le parti travailliste, principal mouvement politique fondateur de l’Etat hébreu en 1948, et le Meretz, de la gauche dite radicale, unissent ainsi leurs forces à sept semaines de l’échéance électorale. Les Israéliens, on le sait, sont en effet conviés, à participer à troisième scrutin législatif de rang après ceux d’avril et de septembre 2019, lorsque chaque fois les échecs des dirigeants des principaux partis à réunir une majorité de 61 députés à la Knesset avaient dû être entérinés.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct