Le roman d’une «Vie de moche» contre les diktats de la beauté

Guylaine se perçoit comme une anomalie aux canons de la beauté.
Guylaine se perçoit comme une anomalie aux canons de la beauté. - Marabulles.

A sa naissance, la maman de Guylaine lui avait pourtant dit qu’elle était la plus belle petite fille du monde. La disgrâce est tombée en grandissant. Les enfants sont plus cons qu’on ne le croit. Ils ne jouent pas avec les moches et Guylaine comprend brutalement qu’elle n’est pas jolie mais se demande encore ce que ça veut dire. Elle cherche le sens de la beauté en feuilletant les portraits de princesses, d’héroïnes ou d’actrices. Stupeur ! Aucune ne lui ressemble… Guylaine n’est même pas bonne à faire la pub d’un frigidaire. C’est une invisible, condamnée à raser les murs de l’école. La laideur est comme une maladie qui lui colle à la peau, privant Guylaine de jeunesse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct