Au carrefour de la sociologie et du structuralisme

Le Groupe μ, de gauche à droite
: au premier plan Philippe Minguet, Jacques Dubois, Francis Edeline, au second plan Jean-Marie Klinkenberg, François Pire et Hadelin Trinon.
Le Groupe μ, de gauche à droite : au premier plan Philippe Minguet, Jacques Dubois, Francis Edeline, au second plan Jean-Marie Klinkenberg, François Pire et Hadelin Trinon. - D.R.

Le livre Rhétorique générale est le fruit des années soixante, une décennie où le mot culture commence à désigner un ensemble d’outils de nature symbolique qui permet de caractériser un groupe social. C’est la décennie du fait social, de la sociologie, un moment où l’Université de Liège est elle-même traversée par un mouvement de contestation qui culminera en février 1969 avec l’occupation de sa salle académique. C’est dans ce terreau que naît l’école liégeoise de sociologie de la littérature.

L’autre influence majeure est le structuralisme, où les objets d’étude s’organisent les uns par rapport aux autres, ce qui génère l’idée que les faits culturels forment un langage dont il doit exister une grammaire, une possible mise en équation : on passe de l’alchimie à la chimie, de Bossuet à Saussure.

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€ pour 1 mois (sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct

    Aussi en Grands formats